Changer de paradigme

                

En termes d'investissements,

il faut changer de paradigme


 

Une commune semble bien gérée si le concitoyen voit des travaux réalisés. C'est pourquoi, jusqu'à présent, le béton et surtout le goudron sont rois.

Routes, places, parkings.... fleurissent et contribuent pour un minimum de 80% aux investissements réalisés dans notre commune.
Les électeurs semblent contents, alors il n'y a pas de raison que ça change, surtout si l'équipe est reconduite.
 

Mais les temps changent et les crédits aussi.
Aujourd'hui il est absolument nécessaire d'investir autrement
.
Il faut maintenant investir utile, penser performance, coût global d'exploitation, bilan carbone, santé, réglementations thermiques, l'actuelle, RT2012, oubliée, et la nouvelle RT2020 à préparer dès aujourd'hui.
Enfin, tout ce qui contribue à la lutte contre le dérèglement climatique, les problèmes d'approvisionnement  en énergie et la rarefaction des ressources.
L'essence du Grenelle de l'environnement.

   Le Budget 2015 ne tient pas compte de ces problématiques modernes orientées vers le "durable"
Bien sûr, ça et là, on change des fenêtres, une chaudière, on corrige des faibles épaisseurs d'isolations...
Une commission "Développement durable" a même été créée. Son budget, 76 000€ consacré au cimetière, cavurnes, illuminations de Noêl, mobilier urbain et à une passerelle à la Panse, est bien ténu comparé aux 415 000€ consacrés à notre cher goudron.

Le PLU fixait un cadre, qui, déjà, est contourné. Le futur lotissement du "Champ au prêtre" en est un exemple criant:
Nouvelle zone pavillonnaire, nécessitant une modification du PLU, consommant la surface agricole, excentrée, loin des transports en commun, ...
Tout faux!
La recherche effreinée de nouvelles sources de revenus par les taxes nous entrainent à faire ce genre d'erreur.

Il faut investir pour réduire nos frais de fonctionnement, se créer de nouvelles ressources, dynamiser nos associations et nos commerces de proximité.
A la place de celà, on détruit d'abord, et ensuite, on créé une commission pour savoir ce que l'on doit faire et gare à celui qui n'y a pas participé.
La destruction de la Patriote est un bel exemple d'opportunité manquée. Que vaut cette place vide maintenant ?

Nous savons déjà ce qu'elle nous a couté.