Halte aux pesticides

Halte aux pesticides
Protégeons notre santé et notre environnement

Mercredi 7 avril au matin, l'herbe est apparue brulée, jaunie, dans divers coins de la panse :Autour des arbres

Rien n’était observable avant ce jour !
Il n'y avait ni pancarte, ni balisage d'une probable dangerosité !

Si des produits chimiques ont été utilisés, à quel moment de la journées ont-ils été appliqués?
De quelle manière?
A-t-on respecté la législation à ce sujet ?
 
Mais peut-être ne s’agit-il pas du résultat de produits chimiques.
 
Peut-être…. Mais en tout cas, le résultat le laisse croire.
 
Mais pourquoi vouloir à tout prix éliminer ces herbes, dites "mauvaises", et les remplacer par ces « magnifiques » auréoles jaunâtre ?

Atour des arbres

 



 


 

Désherber autrement,
économisons notre argent et notre santé


La loi Labbé : les pesticides interdits dans les espaces verts et les jardins dès 2020 (plus de détails)

autour du banc
Appliquons le plan EcoPhyto  visitez le site dédié à Ecophyto

Il est temps d’appliquer les principes élaborés lors de ce fameux Grenelle de l’environnement qui demande une réduction de 50% de l’usage des produits phytosanitaires d’ici 2018.
 
Étudions une cible à 100% pour Seloncourt
 
Ajoutons une pancarte « Ville sans pesticide » aux entrées de notre cité, des exemples existent, Nantes (95%), Rennes (90%), mais également des villes plus modestes telle Lardy.
 
Organisons nos espaces verts en conséquence.
 
Préservons notre santé, celle de nos enfants qui jouent dans nos parcs et espaces publics et celle des employés communaux qui manipulent et diffusent ces produits dangereux.
 
Le site de la CPEPESC, indique que l’Association des Maires de France, dont Seloncourt fait partie, a opté pour l’arrêt de l’utilisation des produits tel que le trop célèbre « Round UP » tant ces produits sont bio-accumulables, neurotoxiques et cancérigènes par contact.
 

 Arrêtons l’usage des pesticides également dans nos jardins

 
Selon le ministère de l'écologie, 5 000 tonnes de pesticides (herbicides, fongicides, insecticides) sont répandues chaque année par les 17 millions de jardiniers amateurs dans leur jardin ou leur potager.
Ce chiffre, qui représente 5 % du tonnage de produits phytopharmaceutiques commercialisés chaque année en France, n'inclut PAS d'autres utilisations de pesticides en zone non agricole : cimetières, parcs et jardins publics, terrains de sports et de loisirs, les zones industrielles, terrains militaires et aéroport.

Apprenons à jardiner autrement 

Un sondage montre seulement qu'à peine un tiers des jardiniers amateurs sont conscients des dangers sanitaires et environnementaux de ces produits et que 20 % les considèrent comme "non dangereux"  
 
Ce que disent les textes :

Arrêté du 27 juin 2011 relatif à l'interdiction d'utilisation de certains produits mentionnés à l'article L. 253-1 du code rural et de la pêche maritime dans des lieux fréquentés par le grand public ou des groupes de personnes vulnérables