Seloncourt Dynamique et Solidaire

Home > Accueil > Bilan centre ville

Bilan centre ville

Le bilan de centre ville : pas si brillant


Voici le projet initial est présenté: 3 023 499,5€HT soit 3 616 105,40 €TTC  
Toutes options.
1 Le périmètre est vaste
2 Destruction de deux bâtiments (il faut répondre à la consigne UMP de réduction du patrimoine ?)
3- Ouverture d’une voie et création de places de parking pour desservir l’école
4- Rénovation de la place de la Mairie, avec la couverture de ce qui restait du Gland sur cette place
5- encorbellement du Gland coté rue de la fonderie pour créer un axe piéton arboré
6- rénovation et mise en sens unique avec places de parking de la rue du Château d’eau
7-Rénovation de la route principale jusqu’à la rue des VIGNOTTES, voire même jusqu’au croisement suivant
8- Rénovation de la rue VIETTE
9- Mise en valeur du passage de la GASSE en tranche conditionnelle. A noter que cette zone comporte également, mais elle dans la tranche principale, la restructuration du parking contigu à la Mairie en blanc sur cette vue.




Pour le même montant, voila ce qui a été fait.

Si le budget initial est respecté: 3 023 499,5€HT soit 3 616 105,40 €TTC 

Le périmètre n’est pas le même.
Aussi bien vu d’une manière globale que dans le détail.

C’est:
  - une réduction de 40% de voies rénovées
  - Le tronçon entre la poste et la rue des VIGNOTTE oublié
  - la rue VIETTE sacrifiée
  - La rue de la GASSE abandonnée
  - Le parking coté Mairie sacrifié pour raison budgétaire
  - plus de 60 % des arbres prévus non installés
 
L’encorbellement du gland largement revu à la baisse
Les arbustes remplacés par des magnifiques massifs en béton, habillés certes
Le platelage réduit de 50%
80% de la rénovation de la rue d’Audincourt, balayé
 

Voila comment est géré notre budget.
Un promoteur nous vend un projet pour une certaine somme.
Cette somme est votée.
La réalisation ne dépasse pas la somme.

Cela satisfait le contribuable, et le comptable, le budget est tenu, mais le compte n'y est pas.

L'argument de compagne est satisfait.

Le promoteur aussi.

Tout ce qui n'est pas réalisé reste à faire

La bonne Affaire
 

La "déconstruction" des batiments des 136 et 138 rue du Général Leclers aura couté cher à la communauté.
Au budget de ce projet il faut ajouter les 20 000€ octroyés à ADOBATI pour une suposée étude abandonnée pour permettre l'initialisation, in estremis, par un privé, d'un projet de "Maison de Santé".
La pillule est dure est avaler.