Seloncourt Dynamique et Solidaire

Accueil > Accueil

Accueil


  Petit résumé de l’histoire industrielle de Seloncourt, d’après :
-"Le Pays de Montbéliard et son patrimoine industriel. Service Inventaire et Patrimoine."
Région Franche-Comté. 2014.

-"Seloncourt. L’Industrie de 1799 à nos jours"; Les Amis du Vieux Seloncourt.  Petit résumé de l’histoire industrielle de Seloncourt, d’après :
-"Le Pays de Montbéliard et son patrimoine industriel. Service Inventaire et Patrimoine."
Région Franche-Comté. 2014.

-"Seloncourt. L’Industrie de 1799 à nos jours"; Les Amis du Vieux Seloncourt.
 


 Le bâtiment Péronne, qu’est-ce que c’est ?

            C’est une manufacture qui date de 1894. Elle située face à l’amphithéâtre  du Centre Culturel, sur la rive gauche du Gland. Actuellement murée, elle est propriété de la commune. Elle offre une architecture simple et fonctionnelle, représentative des ateliers horlogers du 19ième siècle, dont elle est l’unique et dernier témoignage intact à Seloncourt.
            Voici  la petite histoire de l’aventure de l’horlogerie à Seloncourt.
           

 L’alliance de l’eau et du rail.

            Et au milieu coule une rivière :

            Au cours du 19ième siècle, l’utilisation de l’énergie hydraulique a tenu un rôle majeur dans le développement industriel  du Pays de Montbéliard. Le Doubs avec son potentiel de puissance a permis la transformation des moulins et scieries  en laminoirs, papeteries, filatures. Le Gland a eu une grande importance : sur les 13 km de son parcours sont rassemblé une quinzaine d’établissement industriels.
            Les 4 communes de Valentigney, Audincourt, Seloncourt et Hérimoncourt concentrent alors un grand nombre de sites industriels. De villages à vocation rurale, ils deviennent petites villes en quelques décennies, voyant leur population décupler en un siècle et l’habitat en constante expansion. Ils se dotent d’équipements publics, sociaux et religieux.
            Par la conquête de leurs terres agricoles, ces 4 communes forment progressivement le noyau urbain du Pays de Montbéliard, qui se prolongera ensuite vers le nord au 20ième siècle avec le développement de Montbéliard.

            Locomotive d’or :

            En 1858, la mise en service des lignes ferroviaires Besançon-Belfort et Paris- Mulhouse ouvre la voie au développement industriel.
             En 1868, la ligne Montbéliard-Delle via Audincourt permet les échanges avec le canton suisse du Jura.
            En 1886, la ligne Voujeaucourt-St-Hippolyte via Pont-de-Roide remonte l’axe du Doubs vers le nord.
            En 1887, un tramway à vapeur relie Audincourt à Hérimoncourt, et en 1888 Audincourt à Valentigney, et l’usine de Beaulieu en 1889.
Fermées en 1932, ces 2 lignes furent remplacées en 1946 par la Société Peugeot qui ouvrit une voie ferrée réservée au fret de ses usines de la vallée du Gland et du Doubs.
 

L’essor des productions horlogères de la vallée du Gland.

  - Dès 1860, le processus d’industrialisation est lancé et la société Japy Frères essaime à Seloncourt: 500 ouvriers à Berne-Seloncourt.
   - A partir de 1850, des ateliers dédiés aux productions horlogères fleurissent dans la vallée du Gland, à Glay, Meslières, Hérimoncourt et surtout Seloncourt ou, au début du 20ième siècle, une douzaine de fabriques sont en activité. Avec les petits entrepreneurs, ce sont près de 28 patrons qui emploient 700 personnes, tant pour la fabrication de pièces détachées de petit volume que pour le montage de montres complètes ou de pièces de grosse horlogerie (réveils, pendules, carillons).
 
 L’histoire du ‘bâtiment Péronne’.
            Parmi ces fabriques, une petite usine d’horlogerie a vu le jour en 1894, construite pour le compte d’Alphonse Beaudroit, horloger depuis 30 ans à Seloncourt. Qualifiée de ‘Manufacture d’horlogerie en tous genres’, l’affaire est reprise par son fils Albert en 1902 qui la cède à son beau-frère Pierre Galley vers 1920.
Fernand Péronne acquiert la fabrique en 1928 pour y monter des boîtes de montres, et le graveur Emile Mettey se diversifie ensuite dans le décolletage après la seconde guerre mondiale, jusqu’en 1947.
La fabrique connaitra ensuite diverses activités : teinturerie de Mme Jacques de 1949 à 1971, Société de mécanique de précision Sarl Feuvrier à partir de 1973, et reste occupée jusque au début des années 1990.
Devenue propriété communale, elle demeure sans affectation ni entretien jusqu’à nos jours.
            Cet immeuble reste pourtant connu des Seloncourtois sous l’appellation ‘Bâtiment Péronne’. Il a gardé son aspect architectural d’origine, constituant en cela un témoignage précieux du patrimoine industriel de Seloncourt, témoignage d’autant plus fort qu’il en est le dernier représentant.
 

L’enjeu du patrimoine industriel aujourd’hui.

            La prise en compte du patrimoine industriel est liée à sa visibilité et à sa mise en valeur. La commune de Seloncourt se distingue par le chapelet de fabriques qui ont dynamisé son économie à partir de la seconde moitié du 19ième siècle.
            A l’origine tournées vers l’horlogerie, puis évoluant vers la transformation des métaux, ces petites usines ont quasiment toutes fermé à la fin du 20ième siècle.  Beaucoup ont été reconverties en logements, ou sont utilisées comme dépendances d’habitations, témoignant en toute discrétion du passé industriel de la ville.
            De nos jours, la requalification des bâtiments industriels dépasse la simple réappropriation utilitaire. Elle se préoccupe de valorisation et de transmission de mémoire. L’objectif vise à conserver les vestiges marquants d’un site industriel tout en lui assignant de nouveaux usages. C’est ce qui a prévalu à la réhabilitation de l’ancienne filature Japy, au centre d’Audincourt, par exemple.
 

Quel avenir pour le bâtiment Péronne à Seloncourt ?

            Propriété communale, le bâtiment Péronne, de part son emplacement au cœur d’un espace dédié aux sports, aux loisirs et à la culture, aurait pu trouver une nouvelle affectation en accord avec son environnement : musée d’horlogerie consacré à son passé et celui de la ville, médiathèque, salle de conférences et d’expositions, école de peinture ou de théâtre…
            L’usine Péronne est le dernier exemple intact de cette architecture industrielle de la fin du 19ième siècle à Seloncourt.
            Depuis des années, elle est en attente d’une réhabilitation respectueuse et d’un nouvel usage qui transmette la mémoire de ce qui fut à l’origine du développement  de notre ville.
            Estimée par le Service des Domaines à 79 000€, la commune vient de décider sa vente au prix bradé de ….45 000€ ! Cette vente se fera avec des obligations pour l’acheteur imprécises et subjectives : « le bâtiment devra intégrer le caractère industriel
 
de ce dernier que la collectivité souhaite conserver », ce qui n’engage finalement en rien de précis ni de contraignant le futur aménageur.
 

Vie et mort d’un élément unique de notre patrimoine.

            Le groupe Seloncourt Dynamique et Solidaire a voté contre cette délibération, estimant que le conseil municipal aurait du être informé dans les détails du projet de réhabilitation de ce bâtiment, afin de pouvoir voter en pleine connaissance.
            Le bâtiment Péronne, dernier survivant intact du patrimoine industriel horloger de la vallée du Gland, sera malgré nous bel et bien bradé et voué à un avenir incertain sans autre garantie que celle de la mort annoncée d’un témoin respectable de l’histoire de notre commune.
 
                

News

26.10.2016

PMA: les assidus et les autres

Avec un taux de présence de 86 %, les élus font preuve d’assiduité dans leur ensemble. Une petite frange manque régulièrement à l’appel cependant...
Seuls trois vice-présidents sur quinze ont raté, chacun, l’un des neuf conseils.
En l’occurrence, Marie-France Bottarlini (Hérimoncourt), Daniel Buchwalder (Seloncourt) et Jean Cuynet (Exincourt).
Parmi les conseillers, le moins présent reste,.....

08.11.2015

Des cellules virtuelles mais de vrais impôts

En 2012 la municipalité a investi 142 000€ pour l'acquisition de deux cellules commerciales prévues dans le projet concernant l'ex bâtiment Senger. Le contrat EPF le concernant est échu mais le cellules ne sont pas toujours créées. L'administration fiscale, elle, fait sont travail et réclame les impots dus sur des cellules qui n'existent encore pas.
Quand on nous parle de gestion en bon père de famille.....

10.09.2015

Soirée Conte Entrée libre

Le vendredi 2 octobre, à 20 h, à la salle polyvalente de Seloncourt, François Hegwein lira une petite histoire de ma composition en rapport avec le thème de l'exposition des Amis du Vieux Seloncourt de cette année : costumes et coiffes des provinces de France.

22.12.2014

Désamiantage réalisé suivant la Norme

Le groupe SDS, comme les parents d'élèves se sont inquiétés auprès de la Mairie, de l'opération de désamiantage de la Patriote alors que les élèves étaient en cours ou dans la cour. La réponse de la mairie est rassurante: Les moyens techniques conformes ont bien été mis en oeuvre pour réaliser cette opération. Il ne manquait, peut-être, qu'une simple information préalable.
(Cliquez sur le titre pour voir la réponse à notre courrier)

29.11.2014

Désamiantage en période scolaire

La démolition de la Patriote est si urgente que la ville de Seloncourt prend le risque d'exposer ses enfants au chantier de son désamiantage.
Certes, il est possible que cela ne présente aucun risque, mais ne devons nous pas prendre plus de précautions?